Concerts
Concerts de Musiques et Chants Modernes et Traditionnels

Le chant a toujours fait partie intégrante de la société traditionnelle corse, en rythmant tous les instants de la vie.
Il existait des chants pour toutes les instants, de joie comme de peine, comme professionnels.
En effet, on peut scinder le Chant Polyphonique Corse en deux parties distinctes mais néanmoins complémentaires, à savoir : le Chant Profane, issu de l'oralité et le Chant Sacré, religieux et lié à la tradition chrétienne, ce dernier ayant perduré grâce à la foi chrétienne et à l'écriture, réservée à l'Eglise.
Le Chant Profane, dont la Paghjella en est peut-être la forme la plus connue, se pratique à plusieurs voix, trois en général, lui valant le nom de chant polyphonique, reparties comme suit : la voix principale, appelé "Siconda", tient la ligne mélodique maîtresse, soutenue par la basse, appelée "u Bassu" et enfin la tierce, appelée "Terza", intervient par intermittence et est chargée d'effectuer fioritures mélodiques et liens entre les vers.
Deux autres types de chants polyphoniques cohabitent avec la Paghjella ou en sont des dérivés : le Terzettu et le Madrigale.
Tombés dans l'oubli et voués à disparaître car issus de la tradition orale, ces chants trouvent un nouveau souffle de vie à partir des années 1970, période où le contexte politique et culturel les remettent sur le devant de la scène.
Ce mouvement appelé Riacquistu (Renaissance), voit fleurir nombre de groupes culturels dont les plus connus sont "I Muvrini", "Canta U Populu Corsu" ou "I Chjami Aghjalesi",... qui constituent toujours des modèles pour la nouvelle génération de chanteurs corses conscients de leur Histoire, de leur Langue, de leurs Traditions et désireux de transmettre toutes ces valeurs ancestrales.
Haut de Page